Samedi 4 juillet, une gendarme a été tuée par un automobiliste qui tentait d’éviter un contrôle routier près d’Agen dans le Lot-et-Garonne.

La jeune militaire a été mortellement percutée après que le conducteur a refusé plusieurs fois d’obtempérer.

Rapidement intercepté et placé en garde à vue à Agen, le chauffard est défavorablement connu des services de police pour des délits liés aux stupéfiants.

Dans un communiqué, le parquet explique que le drame s’est produit vers 21 heures au niveau de la commune de Port-Sainte-Marie.

Le ministère de l’intérieur a également diffusé un communiqué dans lequel il apporte certains éclaircissements sur la mort de la gendarme.

Après un premier refus de se soumettre à un contrôle routier à Colayrac-Saint-Cirq, le conducteur ayant fait « demi-tour devant un barrage tenu par la police », « un dispositif d’interception » a été mis en place par la gendarmerie à Port-Sainte-Marie.

Cependant, le chauffard « refuse à nouveau de s’arrêter, fait un écart pour éviter la herse déployée et quitte la chaussée », « heurte violemment » la jeune militaire de 25 ans, « très grièvement blessée », les secours ne parviendront pas à la sauver.

Toujours selon le ministère, il s’agit de Mélanie Lemée, une ancienne sportive de haut niveau.

Dans sa catégorie en judo, elle avait été sacrée deux fois championne de France militaire en 2016 et 2017.

En 2016, Mélanie Lemée avait été affectée à la brigade de proximité d’Aiguillon.

Dimanche matin, le ministre de l’intérieur Christophe Castaner et Laurent Nuñez, son secrétaire d’État, ont évoqué leur « profonde émotion » et apporté leur « soutien à l’ensemble des forces de sécurité intérieure, mobilisées jour et nuit, pour assurer la sécurité de nos concitoyens », « les circonstances tragiques de ce décès rappellent, une nouvelle fois, les dangers et les risques auxquels sont exposés les gendarmes et les policiers dans l’exécution de leurs missions ».

Les honneurs militaires seront rendus à Mélanie Lemée, selon le ministère.

Cette année, il s’agit du deuxième gendarme mort dans l’exercice de ses fonctions, d’après la direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN).

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.