Lundi 3 juillet, deux militaires de la direction de la sécurité extérieure (DGSE) ont été mis en examen et écroués au motif de « tentative d’homicide volontaire en bande organisée », selon une information du Parisien et de l’Agence France-Presse (AFP), confirmée par le parquet de Paris.

Il s’agit de deux hommes âgés de 28 et 25 ans, affectés au centre parachutiste d’entrainement spécialisé de Saran dans le Loiret.

D’après Le Parisien, qui cite une source judiciaire, les deux individus pourraient être soupçonnés d’avoir planifié un assassinat en dehors du cadre de leurs fonctions.

Le 24 juillet dernier, les suspects ont été interpellés à Créteil alors qu’ils étaient dans un véhicule volé.

Une troisième personne a été arrêtée deux jours après, elle est poursuivie pour le même motif.

En outre, les trois suspects sont poursuivis pour « recel en bande organisée de vol, transport, acquisition, détention d’armes de catégorie B », cette catégorie comprend les armes de poing (revolver et pistolet) et d’épaule (carabine et fusil), mais aussi pour « association de malfaiteurs en vue de la commission de ces crimes et délits punis de dix ans d’emprisonnement ».

Déjà en septembre 2018, deux ex-militaires du même service de la DGSE avaient été mis en cause par la justice dans le cadre d’une affaire concernant un projet d’assassinat d’un opposant au régime congolais, le général Ferdinand Mbaou, qui a trouvé refuge en France en 1997.

Ces deux anciens membres de la DGSE avaient été mis en examen pour « association de malfaiteurs » et « détention d’explosifs ».

Cependant, le corps de l’un des deux suspects avait été retrouvé criblé de balles sur un parking près du Lac Léman en Savoie en mars 2019.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.