Jeudi 8 novembre, le plasticien américain Jeff Koons a été condamné par le tribunal de grande instance (TGI) de Paris au motif de plagiat.

Cette décision de justice fait suite à la contrefaçon d’une publicité de la marque de prêt-à-porter Naf-Naf par l’accusé.

Sa Société, Jeff Koons LLC, lui-même et le Centre Georges-Pompidou, où était exposée l’œuvre en question en 2014, ont été condamnés solidairement à verser 135 000 euros au titre de dommages et intérêts à Franck Davidovici, le publicitaire à l’origine du visuel pour Naf-Naf.

De plus, Jeff Koons LLC devra payer 11 000 euros supplémentaires au publicitaire pour la reproduction de l’œuvre sur son site Internet, tandis que l’éditeur Flammarion a été condamné à payer 2 000 euros de dommages et intérêts suite à la commercialisation d’un livre dans lequel est présenté la sculpture controversée.

Cependant, le tribunal n’a pas ordonné de confiscation, comme réclamé par le plaignant Franck Davidovici.

Entre 1988 et 2014, cette sculpture représentant une femme brune allongée sur le dos à côté d’un cochon qui porte un tonnelet de Saint-Bernard, a fait le tour du monde dans de prestigieux lieux d’exposition.

En 2007, l’œuvre a été vendue pour un montant de trois millions d’euros au cours d’une vente aux enchères à New York, organisée par Christie’s, dans le cadre d’une collection Prada, exposé pendant un mois avant que le prêteur ne décide de retirer l’oeuvre de la collection.

Selon le TGI, Faits d’hiver, le titre de la sculpture de Jeff Koons, reprend « les éléments originaux » du travail du publicitaire Franck Davidovici, « la contrefaçon est donc constituée ».

La publicité de la marque Naf-Naf, qui date de 1985, avait été diffusée dans de nombreux magazines à cette époque.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.