Mercredi 13 mars, la cour d’appel de Paris a condamné Yann Moix à verser 1 000 euros de dommages et intérêts au motif de diffamation à Renaud Camus.

En outre, il devra payer 2 000 euros au titre des frais de procédure à l’essayiste d’extrême droite, qu’il avait décrit comme étant « un écrivain un petit peu misanthrope, assez antisémite ».

Cette décision a été justifiée par le fait que « l’imputation d’antisémitisme était suffisamment précise ».

En juillet 2018, Yann Moix avait été relaxé par le tribunal correctionnel de Paris, pour qui Renaud Camus n’avait « pas rapporté » de preuve suffisante relative à sa plainte pour diffamation.

En effet, la « simple retranscription libre » présentée par sa défense, « réalisée dans des conditions ignorées par le tribunal », n’avait pas suffi à convaincre le tribunal.

Au cours de l’émission On n’est pas couché, diffusée sur France 2, le chroniqueur avait qualifié Renaud Camus d’”antisémite” avant de se faire couper par Charles Consigny, qui réfutait son analyse sur ce théoricien du « grand remplacement ».

Cette théorie consiste au remplacement de la civilisation française par l’immigration.

L’homme âgé de 71 ans avait alors saisi la justice au motif de diffamation à l’encontre de Yann Moix.

Il lui réclamait un dédommagement à hauteur de 30 000 euros.

Au cours du procès, le plaignant avait fait un parallèle avec « l’affaire Camus », qui avait fait interdire ses livres à la vente.

Suite à des propos tenus en 2010, Renaud Camus avait été condamné au motif de provocation à la haine raciale à l’encontre des musulmans en 2015.

Il avait écopé d’une amende d’un montant de 4 000 euros.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.