Lundi 22 octobre, Suzanne Bolanos, juge américaine de la ville de San Francisco (Californie) a confirmé la condamnation de Monsanto dans le cadre du procès intenté par Dewayne Johnson.

Cependant, le montant de la compensation octroyée au plaignant, a été réduit à 78 millions de dollars au lieu des 289 millions prévus initialement.

Début août, toujours à San Francisco, un jury populaire avait reconnu une « malveillance » de Monsanto.

D’après le tribunal, les désherbants RangerPro et Roundup avaient « considérablement » contribué au développement du cancer contracté par le plaignant âgé de 46 ans.

Ainsi, le jury avait condamné Monsanto à verser 289 millions de dollars au plaignant, dont 39 millions pour le préjudice financier et moral, et 250 millions de dommages punitifs.

La juge Suzanne Bolanos a justifié cette décision sur le fondement de la jurisprudence, expliquant que le montant des dommages punitifs ne pouvait excéder celui des dommages au titre des préjudices financiers et moraux.

Dewayne Johnson, un ancien jardinier, est en phase terminal d’un cancer, qui selon lui provient de l’usage répété des produits en question dans le cadre de son travail.

Il dispose d’un délai allant jusqu’au 7 décembre prochain pour valider cette décision et accepter les 78 millions de dollars.

Dans le cas contraire, un nouveau procès devra être organisé, uniquement pour fixer le montant des dommages punitifs, le premier verdict ayant été maintenu par la juge.

Les avocats de Dewayne Johnson ont déclaré « réfléchir à leurs options », « même si nous pensons qu’une baisse des dommages punitifs était injustifiée ».

De son côté, le géant allemand Bayer, qui a racheté la firme américaine, a fait savoir que huit-mille procédures de justices à l’encontre des produits Monsanto contenant du glyphosate sont en cours aux États-Unis.

Bayer a également annoncé son intention d’interjeter en appel le verdict sur le fond.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.