Dimanche 6 mai, l’association Human Rights Watch (HRW), qui défend les droits humains, dénonce la détention arbitraire de plusieurs milliers de saoudiens dans des conditions arbitraires, et ce depuis plusieurs années pour certains cas, alors qu’il n’y a pas eu de procès.

Ces accusations de la part de l’organisation non-gouvernementale HRW sont fondées sur des données émanant directement du ministère de l’intérieur de l’Arabie saoudite.

Ces chiffres officiels évoquent 2 305 individus, qui depuis six mois « font l’objet d’une enquête », 1 875 sont incarcérés depuis plus d’une année et enfin 251 personnes sont incarcérées depuis plus de trois ans, dont 18 sont des ressortissants étrangers.

Il est également question d’un détenu qui « fait l’objet d’une enquête depuis décembre 2006 » et un autre individu en situation de privation de liberté depuis 2003, lui aussi en attente de son procès.

Alors que le pays, très conservateur, a engagé des réformes importantes depuis 2016 sous l’influence du prince héritier Mohammed ben Salman (MBS), HRW s’inquiète de l’augmentation des cas de détention arbitraire, qui ont « augmenté de façon spectaculaire ces dernières années ».

Au mois de novembre 2017, une opération a permis l’arrestation de 381 personnes au motif de corruption.

Sarah Leah Whitson, la directrice de l’association pour le Moyen-Orient, a expliqué « si les autorités saoudiennes peuvent enfermer un détenu pendant des mois sans inculpation, il est clair que le système de justice pénale saoudien reste en panne et injuste, et cela ne fait qu’empirer semble-t-il », avant d’ajouter « il semble que le plan « Vision 2030 » de MBS décrive mieux la durée des détentions sans inculpation qu’un horizon temporel ambitieux pour les reformes ».

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.