Samedi 22 juillet, le Parlement des Philippines a voté en faveur de la prolongation de la loi martiale jusqu’à la fin de l’année dans la région du sud afin de faire face efficacement au soulèvement de groupes islamistes dans ce pays de confession catholique.

 

Ce vote du Parlement était attendu sans surprise, les deux chambres étant acquises au controversé président Duterte.

Dans la région de Mindanao, la loi martiale restera appliquée jusqu’à la fin de l’année 2017 suite au vote du Parlement philippin en date du samedi 22 juillet.

Initialement promulguée pour une durée de soixante jours par le président Duterte, la loi martiale a été instaurée suite à la prise de contrôle de plusieurs quartiers de la ville de Marawi par des individus revendiquant leur appartenance au groupe terroriste Etat islamique (EI).

Cependant, l’opposition au gouvernement craint d’éventuelles dérives autoritaires et que cette loi martiale soit étendue à d’autre régions, voire à l’ensemble du pays.

Les militaires ont justifié cette loi par le risque important que représente la présence de ces terroristes de l’EI, avant de rajouter que 23 otages sont retenus actuellement par plus d’un millier d’individus sous l’égide de l’EI.

SOURCE