Vendredi 25 mai, Harvey Weinstein, le producteur de cinéma américain, a été mis en examen par un magistrat d’un tribunal de New York pour viol et agression sexuelle sur deux femmes.

L’accusé s’est rendu de lui-même au commissariat du quartier de Manhattan dans la matinée de ce vendredi.

Malgré un air serein, Harvey Weinstein a passé moins de deux heures dans le poste de police avant d’être conduit, menottes aux poignets, face à un juge du tribunal.

Il a ainsi été mis en examen pour une agression sexuelle commise en 2004 et un viol qui date de 2013.

Alors que des dizaines de témoignages de femmes qui accusent Harvey Weinstein s’accumulent depuis le mois d’octobre 2017, ce dernier nie les faits qui lui sont reprochés, selon Benjamin Brafman, son avocat, qui avait déjà défendu Dominique Strauss-Kahn en 2011.

Son défenseur a également fait savoir que Harvey Weinstein plaidera non-coupable.

Avec cette inculpation, le producteur n’a pas été placé en détention mais il a dû s’acquitter d’une caution fixée à un million de dollars.

Son passeport a été confisqué et il doit porter un bracelet électronique.

Pendant le festival de Cannes, Asia Argento, qui fut la première comédienne à accuser Harvey Weinstein il y a huit mois, avait raconté « en 1997, j’ai été violée par Harvey Weinstein ici, à Cannes. J’avais 21 ans. Ce festival était son terrain de chasse ».

De nombreuses actrices ont dénoncé les agissements de l’accusé, parmi lesquelles l’actrice française Léa Seydoux, mais aussi des américaines telles que Gwyneth Paltrow, Angelina Jolie ou Cara Delevigne.

Cette affaire a permis de libérer la parole des femmes victimes d’agressions sexuelles, en premier lieu dans le milieu du cinéma, puis dans tous les secteurs de la société, comme dans le milieu sportif ou professionnel.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.