Lundi 23 septembre, l’avocat du célèbre chef Marc Veyrat a annoncé avoir saisi la justice à l’encontre du guide Michelin.

Une audience en référé, une procédure d’urgence, devra se tenir au tribunal de grande instance (TGI) de Nanterre (Hauts-de-Seine) le 27 novembre prochain, selon les précisions de son avocat Emmanuel Ravanas.

Ces poursuites en justice sont justifiées par le conseil : il s’agit de connaître « les raisons exactes du déclassement » d’un des restaurant du chef au chapeau noir, La Maison des Bois.

En effet, cet établissement avait obtenu sa troisième étoile auprès du guide l’année dernière, avant d’être rétrogradé à deux étoiles en début de cette année.

Dans le communiqué, l’avocat de Marc Veyrat explique que le chef savoyard aurait essayé de connaître à l’amiable « les raisons objectives de cette décision qui l’affecte tant à titre personnel que professionnel », mais aussi et « surtout l’indéfectible engagement de ses équipes au service de la cuisine de montagne ».

Le guide Michelin aurait fourni des « réponses approximatives ».

En juillet, le chef étoilé avait demandé à ne plus être référencé dans le « guide rouge », mais cette requête a été refusée.

Dans la soirée qui a suivi la plainte, le guide a déclaré : « (…) M. Veyrat a décidé de saisir la justice, non pas sur le fond, pour nous reprocher une quelconque faute, mais pour réclamer des pièces pour l’aider à fonder une accusation. Cette démarche illustre le fait qu’il ne disposait d’aucun élément au moment où il formulait ses accusations et jusqu’à ce jour ».

Le guide a également expliqué : « nous comprenons la déception de M. Veyrat, dont nul ne conteste le talent, même si nous regrettons sa persévérance déraisonnable à accuser et à communiquer bruyamment. (…) Nous allons étudier ses demandes avec attention et y répondre sereinement ».

Le fameux chef remet aussi en cause le fait que les inspecteurs du guide soient vraiment venus dans son restaurant : « je désire expressément les factures (…). Vous avez un bilan, vous devriez être en mesure de retrouver ces preuves », avant de rajouter : « vous êtes des imposteurs ne désirant que des clashes pour des raisons commerciales ».

Gwendal Poullennec, le directeur international du Michelin, a répondu à cette accusation : « ce n’est pas parce le chef Veyrat n’a pas vu nos inspecteurs et nos inspectrices qu’ils n’ont pas dîné à sa table. Les inspecteurs du guide Michelin visitent les tables du monde entier de façon anonyme ».

Pour les deux autres établissements du Marc Veyrat, le guide Michelin a décerné trois étoiles et Gault & Millau attribué la note de 20 / 20.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.