Mardi 28 juillet, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête pour des faits de racisme et de maltraitance commis au sein du tribunal de grande instance (TGI) de la capitale.

Cette enquête fait suite aux révélations faites par le policier Amar Benmohamed, qui accuse certains de ses collègues de commettre des vols, des actes de racisme et de maltraitance envers les individus retenus dans le tribunal.

D’après le parquet, l’enquête a été ouverte pour « injures publiques en raison du sexe ou de l’orientation sexuelle », « injures publiques en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion » et « violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique ».

Les investigations ont été confiées à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Neels Montserrat, le secrétaire national du Syndicat de la magistrature, a déclaré : « on a été surpris justement, de l’étendue des choses. C’est extrêmement grave si c’est avéré ».

L’avocate Julia Courvoisier s’est dite surprise : « ferme ta gueule, sale bougnoule, je te lancerai tout ça dans la Seine, sale PD, on n’est pas sur des comportements inappropriés, on est sur des délits », avant de rajouter : « c’est incroyable que le parquet de Paris ne se soit pas auto-saisi de ces faits, qu’il ne peut pas ignorer puisqu’ils se déroulent dans son tribunal par des policiers qui sont sous sa responsabilité ».

Il faut tout de même noter que la présence des avocats n’est pas autorisée dans les cellules du TGI pour y rencontrer ceux qu’ils défendent.

Le président des avocats pénalistes Christian Saint-Palais a expliqué : « le fait que les avocats soient là oblige ceux qui sont parfois happés par le quotidien et par la difficulté de leur tâche à avoir des comportements respectueux d’autrui et respectueux surtout de la loi ».

Il a également appelé ses confrères à recueillir des témoignages afin de mener une éventuelle action en justice.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.