Après sept semaines d’audience, les jurés de la cour d’assises de Paris ont mis treize heures à délibérer. Jeudi 14 avril, vers une heure du matin, le verdict est tombé pour les neufs accusés dans le cadre du braquage raté qui coûté la vie à la policière Aurélie Fouquet.

Les faits remontent au 20 mai 2010, après avoir été repérée par les forces de l’ordre, la bande de braqueur se lance dans une course-poursuite avec la police. Au cours de cette course folle, les individus n’hésitent pas à faire usage de leurs armes au milieu de la circulation, blessant d’autres usagers de la route.

A hauteur de Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne), les fuyards mitraillent un véhicule de police qui arrive sur eux. La policière Aurélie Fouquet, âgée de 26 ans perd la vie et son coéquipier est  blessé. Au cours de cette fusillade, un des agresseurs est atteint à la tête, il est probablement mort aujourd’hui.

Redouane Faïd a été arrêté en 2010 avec une partie de ses complices, à l’exception de son frère Fisal Faïd, qui a fui vers l’Algérie le 21 mai 2010, et Olivier Tracoulat, blessé à la tête et possiblement mort depuis. Malgré un manque de preuve et son éloquence, il n’a pas convaincu les jurés de son innocence : 18 ans de prison.

Olivier Tracoulat, malgré son absence, est condamné à trente ans de prison, Daouda Baba à une peine de vingt ans. Deux individus sont acquittés et des peines de un à quinze ans de prison sont prononcées à l’encontre de cinq autres prévenus.

Christian Saint-Palais, l’avocat du médiatique Redouane Faïd, a déclaré qu’il allait faire appel de cette décision tandis que la mère de la policière décédée, Elisabeth Fouquet, emprise d’émotion à l’énoncé du verdict, s’est dite prête à continuer à se battre pour que justice soit faite, notamment en ce qui concerne le frère de l’accusé Redouane Faïd.

SOURCE