Vendredi 21 février, le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) a annoncé avoir mis en examen et écroué cinq individus dans une affaire d’exploitation de chauffeurs (voiture de transport avec chauffeur) VTC sans papiers en région parisienne, plus précisément dans le département des Hauts-de-Seine.

Ces chauffeurs VTC percevaient seulement « une infime partie des prestations effectuées ».

Les utilisateurs passaient par les applications habituelles telles que Kapten, Uber, Heetch ou encore Bolt.

Dans son communiqué, le parquet a précisé que les cinq hommes ont été mis en examen et écroués.

Ils sont poursuivis pour « aide au séjour irrégulier, blanchiment, exécution d’un travail dissimulé, recel, traite des êtres humains commise à l’égard de plusieurs personnes, faux en écriture, faux et usage de faux documents administratifs et de biens sociaux », tous ces délits étant commis « en bande organisée ».

Les suspects ont monté deux sociétés afin d’employer plusieurs dizaines de chauffeurs « travaillant avec des horaires très larges sous la pression de leurs employeurs qui arguaient de leur situation précaire » pour les maintenir sous leur joug.

Le parquet a aussi précisé : « les premières investigations ont démontré le caractère particulièrement lucratif de ce trafic, générant des mouvements financiers à hauteur de centaines de milliers d’euros ».

En effet, les enquêteurs ont mis la main sur pas moins de 195 000 euros en espèces et en voitures luxueuses, qui ont immédiatement été saisis.

Ces deux sociétés possédaient effectivement une cinquantaine de véhicules.

Les enquêteurs de la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP) et de la sous-direction de la lutte contre l’immigration irrégulière (SDLII) ont expliqué que « ce trafic se déroulait depuis au moins deux années ».

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.