Dimanche 17 mai, Kenneth Feliho, l’avocat de la chanteuse franco-malienne Rokia Traoré a annoncé que sa cliente a quitté la France malgré une interdiction, pour regagner le Mali.

Ainsi, la chanteuse et guitariste n’a pas respecté l’interdiction de quitter le territoire, émise par la justice hexagonale.

Me Kenneth Fehilo a déclaré à l’Agence France-Presse : « c’est une mère aux abois qui a peur qu’on lui arrache son enfant, c’est pour ça qu’elle est partie au Mali, où elle habite ».

L’artiste s’est exprimée sur les réseaux sociaux : « de retour au Mali. La quête de justice continue », après avoir expliqué ne pas être « une terroriste ».

Rokia Traoré devait être remise à la Belgique dans le cadre d’une procédure concernant la garde de sa fille, qui a été confiée à son ex-compagnon.

Après avoir été écrouée, la chanteuse avait été libérée à la fin du mois de mars par la cour d’appel de Paris et placée sous contrôle judiciaire, avec notamment l’interdiction de quitter la France.

En conflit avec le père de sa fille, Rokia Traoré était sous le coup d’un mandat d’arrêt établi par un juge d’instruction belge pour « enlèvement, séquestration et prise d’otage ».

A la fin du mois de juin 2019, la justice belge avait statué en faveur du père de la fillette de 5 ans.

L’artiste a déclaré contester cette décision de la justice belge, alors que l’avocat de Rokia Traoré a expliqué que la justice malienne avait accordé la garde de l’enfant à sa mère.

Selon une source proche du dossier, la musicienne est partie « de façon régulière » avec un vol depuis l’aéroport du Bourget en région parisienne.

Une autre source a expliqué que le parquet général de la cour d’appel de Paris pourrait ordonner un mandat d’arrêt à l’encontre de Mme Traoré.

Cette artiste est aussi connue pour son engagement aux côtés des réfugiés.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.